Faire connaître et cultiver la mémoire historique de la Libération de Paris en 1944, commencée le 19 juillet 1936 en Espagne, continuée sur différents fronts en Europe et en Afrique ou dans les maquis en France et qui se prolongea dans le combat contre le franquisme.


 
 
Accueil > L’association > Lundi 24 août 2015 : La Nueve à l’Hôtel de (...)

Réapprenons à conjuguer le verbe Résister, transmettons à la jeunesse l’esprit des luttes passées ; il deviendra le mur solide sur lequel elle pourra prendre son élan contre la montée de toutes les extrêmes droites du monde. Disons Non à une Europe martelée du bruit des bottes.

.

Le 24 août 1944, les combattants de la Nueve, éclaireurs de la 2e DB du général Leclerc, entrent dans Paris pour participer à sa libération.

2015 marque aussi les 70 ans de la fin de la Seconde Guerre mondiale et les 70 ans de la libération des camps de concentration. Libération, oui, excepté en Espagne…

1ère partie : sur l’esplanade des Villes-Compagnons de la Libération, Paris IVe

Une centaine de personnes se sont retrouvées, malgré la pluie, le vent et le froid sur l’esplanade des Villes compagnons de la Libération, ce lundi 24 août 2015, afin de célébrer le 71e anniversaire de l’entrée de la Nueve (9e compagnie de la 2e DB, composée à 95% d’espagnols antifascistes) dans Paris insurgé.

À partir de 16 h 30,

regroupés devant la petite plaque de la Nueve, scellée sur le parapet, nous avons pu évoquer plusieurs de ces combattants si particuliers.

Nous saluons la présence :
- des hôtes au prestige libertaire tels Armand Gatti et Hélène Châtelain,
- de la CNT que nous remercions chaleureusement pour le prêt et l’aide concernant la sono,
- de la Faceef, en la personne de Madame Fernandez
- d’Arturo Peinado y su familia, president de la Federación Estatal de Foros por la Memoria,
- des représentant(e)s d’associations de Républicains espagnols et de leurs descendants
- des individus « anonymes » qui nous ont rejoints,
- de M. Thierry Blandin, maire adjoint, chargé de la mémoire combattante à la mairie du 20e,
- de Mme Violette Baranda, adjointe au maire, chargée des séniors et de l’intergénérationnel de la mairie du 19e,
- de la télévision espagnole TVE…

Après avoir remercié les participants, Daniel, administrateur de l’association, a présenté la Nueve, ses actes et son rôle au cours de la Seconde Guerre mondiale, puis a rappelé les raisons de l’existence de l’association 24 août 1944, porteuse de mémoire et passeuse de l’histoire oubliée.

« Dès le printemps 1939, des dizaines de milliers de ces hommes, soldats et miliciens internés intégrèrent des compagnies de travailleurs étrangers (très vite devenues compagnies de travailleurs espagnols) ou la Légion étrangère, ou un peu plus tard, à la déclaration de guerre, « régiments de marche de volontaires étrangers », spécialement créés.
Des milliers d’entre eux, soldats dans les rangs des troupes françaises ou soldats de l’ombre, dans la Résistance, luttèrent dans tous les combats où les alliés affrontèrent le nazisme et le fascisme, de Narvik au Tchad, au Gabon, en Égypte, Lybie, Syrie, Liban ou Tunis, se distinguant dans des batailles comme Bir-Hakeim, El Alamein, Koufra, Bizerte ou Monte Casino, et plus tard , dans la libération de Lyon, Paris ou Strasbourg. Beaucoup y laissèrent leur vie, mais 16 survivants espagnols la 2e DB-Leclerc sont arrivés, victorieux, jusqu’à Berschtesgaden et le Nid d’Aigle de Hitler.
Ce fut la Nueve – 9e compagnie du 3e bataillon de marche du Tchad, 2e DB –, composée presque exclusivement d’Espagnols et commandée par le capitaine Raymond Dronne, qui, le 24 août 1944, parvint, en avant-garde, à l’Hôtel de ville de Paris. Les équipages de la vingtaine de « half-tracks » étaient des Espagnols, et la plupart de ces véhicules portaient des noms évocateurs de la guerre d’Espagne : Guadalajara, Teruel, Brunete, Ebro, Guernica… ou encore Don Quichotte. C’est pour cette raison que nous sommes réunis aujourd’hui, 71 ans après cet événement
. »

Puis, Marie-José Cortès nous a parlé de son papa : voir texte d’intervention dans la rubriques Les hommes de la Nueve et documents José Cortès, sergent dans la Nueve, jusqu’à Paris (voir texte d’intervention annexe1).
À sa suite, Véronique Olivares Salou a évoqué la mémoire des frères Miguel et Pedro Solé, catalans, embarqués dans l’équipage du half-track Les Pingouins de la Nueve (voir texte d’intervention dans la rubriques Les hommes de la Nueve et documents)

Mais cette année 2015 est également le 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale et celui de la libération des camps de concentration. Là encore, les antifascistes espagnols sont aux premier rang.

« La guerre fut déclarée entre l’Allemagne, la France et l’Angleterre (en septembre 1939) par l’attaque et la prise de possession de la Pologne. Pour ceux qui avaient passé la frontière française et ne re-tourneraient pas en Espagne, il n’existait comme alternative, pour lutter contre les nazis, que celle d’intégrer la Légion ou les bataillons de marche, ou les compagnies de travailleurs étrangers pour édifier des fortifications sur la ligne « Maginot ».
L’avenir devenait funeste. L’avance des colonnes motorisées hitlériennes, l’occupation des Pays-Bas et de la France les firent tomber aux mains des armées hitlériennes. Après de petits séjours dans les « Stalags » en tant que prisonniers de guerre, ils ont été transférés dans des camps d’extermination par le travail – pour « Rouges espagnols » –, avec le consentement et l’approbation des autorités espagnoles franquistes. En réalité, ils étaient des prisonniers de guerre de l’armée française et auraient dû être traités comme tels. Il n’en fut rien et se trouvèrent embarqués dans des conditions terribles vers les camps de concentration nazis, tels Mauthausen et ses kommandos, Gusen, le château d’Hartheim, Ebensee, Steyr et autres… Ils eurent le terrible privilège de constituer le premier convoi de déportés qui arriva le 6 août 1940 à Mauthausen. Le premier à partir du territoire français sortit d’Angoulême le 20 août 1940.
Les Espagnols, qualifiés de « Rouges », étant donné leur état de combattants contre le fascisme, ont payé au centuple dans ce terrible holocauste de destruction et de mort. Mais ils furent surtout des résistants au système concentrationnaire nazi, et n’ont jamais cessé d’œuvrer pour en récolter les preuves. Leur devise : le devoir collectif de survivre
 ! »

Ensuite, Benito Bermejo, historien espagnol, spécialisé dans la déportation espagnole, a expliqué ce que fut la déportation espagnole : premiers déportés du sol français (voir texte d’intervention en annexe 3).

L’association avant de quitter l’esplanade a rappelé les projets en cours :

-  les samedi 26 et dimanche 27 septembre 2015 : colloque et projections sur les divers enfermements subis par les antifascistes espagnols,
Le 26 de 14 à 19 h, le 27 de 11 h à 18 h – Cinéma La Clef – 34, rue Daubenton – Paris 5e  ;

- le lundi 23 novembre 2015  : concert Trio Utgé-Royo, « No pasarán ! », contre la mon-tée des marées noires et bleues, et à l’aube du 80e anniversaire du début de la guerre d’Espagne, En Première partie : textes de combattant-e-s antifascistes espagnol-e-s, mise en espace d’Armand Gatti, avec le metteur en scène Jean-Marc Luneau.
À 20 h – Vingtième théâtre – 7, rue des Plâtrières – Paris 20e.
- le 14 avril 2016, inauguration et pose de la plaque dédiée à Manuel Lozano, combattant de la Nueve et militant CNT toute sa vie, sur le mur de son dernier domicile à Paris 19e, rue des Bois. La réalisation de cette plaque a été portée avec opiniâtreté par Mme Violette Baranda, élue du 19e, elle-même nièce d’un combattant de la Nueve, présente en ce lundi 24 août.

Poésie

Vint ensuite un moment d’émotion avec la lecture bilingue par Christopher et Frank (de l’association) des poèmes de collégiens de 3e du collège « La Chesnaie » de Mouans-Sartoux, dans les Alpes-Maritimes (on retrouve les poèmes sur notre site, page …).

Cette première partie s’est achevée avec le dépôt de plusieurs gerbes de fleurs :
-  Association 24 août 1944,
- Mairie du 12e dont Mme Catherine Baratti-Elbaz, maire, n’a pu être présente pour raison de santé,
- Mairie du 20e et Mme Frédérique Calandra, maire, représenté par Mm Blandin, maire adjoint, chargé de la mémoire historique.

17 h 15 : Le cortège s’est mis en route pour terminer la marche de l’an dernier, jusqu’à l’Hôtel de ville, rue de Lobau, sous une pluie battante !

2ème partie : 18 h 30 : devant l’Hôtel de ville, rue de Lobau.
-  Accueil et prise de parole du Maire du 4e, Christophe Girard
-  Intervention de l’association ; l’allocution préparée à cet effet est lue entièrement par Cristine et Serge, de l’association, suscite l’attention de l’assistance, officiels compris.
-  Lecture d’extraits d’articles d’Albert Camus par Agnès, Daniel et Marie de l’association. (voir l’allocution et les extraits des articles de Camus en annexe 4)
-  Allocution de la Maire de Paris, Mme Anne Hidalgo (lire les extraits de l’allocution en annexe 5) ;
-  Allocution du Secrétaire d’État aux anciens combattants, M. Jean-Marc Todeschini. (lire les extraits de l’allocution en annexe 6) (l’intégralité des deux discours officiels peut être envoyé sur demande)

Fin vers 19 h 30.

Il fut alors sérieusement envisagé, après avoir remballé tout le matériel, banderoles, panneaux…, d’aller nous réchauffer autour d’un repas fraternel.

La journée, malgré le froid, la pluie et le vent, fut un beau succès et un bel hommage à ces acteurs de la Liberté que sont les combattants antifascistes de la Nueve !