Faire connaître et cultiver la mémoire historique de la Libération de Paris en 1944, commencée le 19 juillet 1936 en Espagne, continuée sur différents fronts en Europe et en Afrique ou dans les maquis en France et qui se prolongea dans le combat contre le franquisme.


 
 
Accueil > La Nueve et la 2ème DB > Les hommes de la Nueve > Leclerc Philippe, Général

Philippe de Hauteclocque, dit Leclerc (1902-1947)

.

Le général Leclerc – « el patrón », comme les hommes de la Nueve l’appelaient – gagna amplement la confiance et l’estime de tous les Espagnols. Sa notion originale et efficace de la discipline cadrait parfaitement avec le caractère et les valeurs de ces soldats : ne pas rester passif, prendre toujours l’initiative, réagir immédiatement devant un obstacle imprévu – sans attendre la note ou l’ordre –, s’adapter aux circonstances les plus inattendues, atteindre l’objectif dans le cadre de la mission donnée, et, surtout, ne pas obéir à des ordres stupides...
Les Espagnols savaient que Leclerc était un militaire qui n’avait pas hésité à choisir « la lutte pour la liberté » . Tous savaient aussi que « el patrón » défendait au maximum la vie de ses soldats et qu’il avait même refusé par écrit d’exécuter des ordres qu’il considérait insuffisamment étudiés, mal conçus et pouvant mettre en péril, sans aucun profit, l’existence de ses hommes. Les Espagnols appréciaient de le voir arriver en première ligne, gardant son calme sous une pluie de feu. Dans l’expérience de la guerre, une surprenante symbiose faite de confiance réciproque se tissa entre Leclerc et ces républicains espagnols, et jusqu’au dernier instant.
Ses officiers étaient ceux qui connaissaient le mieux ses colères fulgurantes. Beaucoup savaient qu’il pouvait être, dans ces moments, excessivement sévère ou injuste, bien qu’il fût capable, ensuite, de le reconnaître et de s’excuser. La plupart d’entre eux admiraient chez Leclerc sa capacité de synthèse et sa grande facilité à distinguer immédiatement l’essentiel. Chaque réunion ou discussion avec eux s’achevaient sur des conclusions précises et l’élaboration d’objectifs clairs et bien définis. Tous ces hommes admiraient ses extraordinaires capacités militaires, reconnues également par le haut commandement allié, qui le respecta comme un grand stratège.
« Ne me dites pas que c’est impossible » est une des phrases qui caractérisent Philippe de Hauteclocque. Une autre des plus connues est : « Il ne faut jamais exécuter les ordres idiots » ; expression particulièrement curieuse, pour un militaire de carrière traditionnel à la discipline rigoureuse, qui définit le caractère particulier du soldat Leclerc.