Faire connaître et cultiver la mémoire historique de la Libération de Paris en 1944, commencée le 19 juillet 1936 en Espagne, continuée sur différents fronts en Europe et en Afrique ou dans les maquis en France et qui se prolongea dans le combat contre le franquisme.


 
 

Qui étaient ces combattants à l’idéal de liberté chevillé au corps, ces antimilitaristes qui ont choisi « la lutte pour la liberté » en rejoignant l’armée de Leclerc ?
Nous reprenons ici quelques points importants de l’histoire de la Nueve, qui sera célébrée cet été, pour les 70 ans de la libération de Paris.

.

D’où viennent ces combattants à l’idéal de liberté chevillé au corps ?

Février 1936 : le peuple d’Espagne porte « el Frente popular » (Front populaire) au pouvoir. Juillet 1936 : une guerre civile et révolutionnaire éclate ; elle va durer 32 mois et se soldera, faute d’armement et d’aide internationale, par la défaite du camp républicain face à l’armée putschiste de Franco, soutenue par Hitler, Mussolini et Salazar. En février 1939, un demi-million d’Espagnols, sous les intempéries et les bombardements, franchit la frontière française. Des quelques 200 000 Espagnols de la « Retirada » demeurés en France à l’issue de la victoire franquiste, nombreux sont ceux qui reprendront les armes contre le nazisme, après de terribles séjours dans les camps de concentration du sud de la France ou d’Afrique du Nord.
Admiratifs des soldats de la France libre de la première heure dirigés par De Gaulle et commandés sur le terrain par le général Leclerc, beaucoup d’Espagnols vont tenter de rejoindre les rangs de cette armée « illégale » constituée en Afrique avec les forces coloniales du Tchad, du Cameroun…
Ce n’est qu’en 1943 que cette troupe hétéroclite prendra le nom de 2e division blindée (2e DB).


Des anarchistes antimilitaristes dans la 2e DB

La Nueve (neuvième compagnie) était une composante de la 2è DB, commandée par le général Leclerc, composée de 160 soldats dont 146 républicains espagnols majoritairement anarchistes.
À l’instar de tous les républicains espagnols vaincus, ils concevaient le combat pour la France libre comme la continuité de celui commencé en Espagne par la guerre civile, en juillet 1936, et espéraient – comme on le leur avait promis – qu’il se poursuivrait, avec l’aide des alliés, contre la dictature de Franco. Ces anarchistes voulaient agir ; ils refusaient d’être spectateurs, sachant combien le nazisme –partenaire du franquisme – est l’ennemi de la liberté, valeur fondamentale pour tout libertaire. C’est pourquoi beaucoup d’entre eux ont rejoint les maquis ou endossé l’uniforme. Antimilitaristes, ils considéraient que l’enjeu valait ce compromis avec leurs principes.


Leclerc « el patrón »

Militant de l’Action française, royaliste très catholique, Leclerc avait d’emblée choisi le camp de Franco lors de la guerre d’Espagne, mais il apprit à mieux connaître et apprécier les combattants du camp républicain au cours de la Seconde Guerre mondiale. Leclerc rejoint le général de Gaulle en Juillet 1940. À la tête de la 2e division française libre, qui deviendra la célèbre 2e division blindée (2e DB), il entame la campagne d’Afrique en promettant de combattre jusqu’à ce que les couleurs du drapeau français « flottent sur la cathédrale de Strasbourg »
« El patrón », comme l’appelaient les hommes de la Nueve, gagna la confiance et l’estime de tous les Espagnols par sa notion originale et efficace du commandement : ne pas rester passif, prendre toujours l’initiative, réagir immédiatement devant un obstacle imprévu –sans attendre la note ou l’ordre–, s’adapter aux circonstances les plus inattendues, atteindre l’objectif dans le cadre de la mission donnée, ne pas obéir à des ordres stupides... préserver autant que possible la vie de ses hommes et les respecter.

Pour les soldats de la Nueve, « Leclerc n’était pas un général français. C’était un véritable général républicain espagnol, comme ceux qui nous commandaient pendant la guerre contre les franquistes ». (Luis Royo Ibañez, soldat de la Nueve.)

En 1945, la guerre en Europe terminée, il partira en Indochine pour y défendre le protectorat français.


Raymond Dronne « el capitán  »

Il fut l’un des premiers hommes à se mettre à la disposition de Leclerc et intégra le régiment de marche du Tchad. En lui remettant le commandement, Leclerc lui expliqua qu’il s’agissait d’une compagnie de volontaires espagnols qui étaient indisciplinés mais qui avaient une expérience inestimable et une grandeur d’âme hors du commun : « Ce sont de beaux soldats, vous vous en arrangerez... »
Leclerc avait compris que ces hommes accepteraient d’être commandés seulement par un officier rallié dès les premières heures à la France libre ; surtout s’ils savaient que c’était un soldat qui avait été gravement blessé au combat. Les Espagnols le mirent à l’épreuve, mais ne tardèrent pas à l’accepter.

« On n’acceptait pas les ordres. Mais, pourtant, Leclerc, le capitaine Dronne ensuite et, surtout, le colonel Putz ont gagné notre sympathie. C’étaient des gens qui nous comprenaient et qui assuraient qu’ils nous aideraient à lutter contre Franco. » (Manuel Lozano, soldat de la Nueve.)


Des half-tracks aux noms de batailles de la guerre civile

Chaque véhicule avait le nom des plus célèbres batailles de la guerre civile ou de symboles importants. Quant au capitaine Dronne, sa jeep portait : Mort Aux Cons.

« Et ces tanks ? Mes yeux voient-ils clair ? Ce sont eux ? Oui, ce sont eux. Ce sont les Espagnols. Je vois le drapeau tricolore. Ce sont eux qui, après avoir traversé l’Afrique, arrivent sur les Champs-Élysées. Les tanks portent des noms évocateurs : Guadalajara, Teruel, et ce sont les premiers qui défilent sur la grande avenue. On dirait un rêve... On dirait un rêve. » (Victoria Kent, ancienne haute-fonctionnaire espagnole.)


Les 24, 25 et 26 Août 1944

24 Août 1944. Le premier officier de la fameuse 2e DB à pénétrer dans l’Hôtel de Ville de Paris, déjà occupé par le Comité national de la résistance, était un Espagnol, Amado Granell, lieutenant de la Nueve. Et les premiers véhicules à entrer sur la place de l’Hôtel de Ville n’étaient pas – contrairement à ce que retiendra l’histoire officielle – les chars Romilly, Champaubert et Montmirail, mais des half-tracks, des véhicules blindés plus légers et munis de mitrailleuses, pilotés par des Espagnols de la Nueve et nommés Guadalajara, Teruel ou encore Guernica.

« À la porte d’Italie, quand nous sommes arrivés et qu’une femme a crié : ’’Vive les Américains !’’, un de mes camarades a répondu : ’’No, señora Madame, yo soy un Français. » (Manuel Lozano, soldat de la Nueve.)

25 Août. Le lendemain, le journal Libération publia en première page la seule photographie connue de cet instant. Elle montre le premier soldat « français » arrivé à Paris, posant avec Marcel Flouret, préfet de la Seine, près d’une fenêtre, à l’intérieur de la mairie. Ce soldat « français » était le lieutenant Amado Granell, Républicain espagnol. Il apparaissait à la une du journal, sous le titre « Ils sont arrivés ! ».

26 Août. Après avoir procédé au « nettoyage » de Paris, la Nueve du capitaine Dronne alignait, ce jour-là, ses chars devant l’Arc-de-Triomphe. Elle formait la garde d’honneur du Soldat inconnu pour l’arrivée du général de Gaulle. Une immense banderole aux couleurs de la République espagnole barrait les Champs-Élysées. Entre-temps, plus de quatre mille réfugiés espagnols participaient au soulèvement de la Capitale

« On nous avait mis là parce que je crois qu’ils avaient plus confiance en nous, comme troupe de choc, qu’en d’autres... Il fallait voir comme les gens criaient et applaudissaient ! » (Germán Arrúe, soldat de la Nueve.)


Paris, Strasbourg, le nid d’aigle de Hitler

Après Paris, les hommes de la Nueve se remettent en route, en direction de l’Est. Avec Leclerc, ils libèrent les Vosges, l’Alsace, participent aux durs combats de la poche de Colmar, puis poursuivent leur offensive jusqu’au nid d’aigle de Hitler, à Berchtesgaden.


2014, les survivants de la Nueve

Sur les 146 Espagnols de la Nueve, seulement 16 sont arrivés à Berchtesgaden. 70 ans après, il n’en reste que deux : Rafael Gómez et Luis Royo


Les héros oubliés de la victoire


L’histoire n’a retenu que ce qui pouvait servir à la construction d’une geste nationale et nationaliste : des étrangers n’y avaient pas leur place. Cette « francisation » de la Libération fut « une opération politique consciente et volontaire de la part des autorités gaullistes et, dans le même temps, des dirigeants du Parti communiste français ».
L’épopée gaulliste et l’épopée communiste de la Libération ne pouvaient être que nationales. « La participation armée des Espagnols a été récupérée par les gaullistes.
 » (Jorge Semprún, préface La Nueve, 24 août 1944, ces Espagnols qui ont libéré Paris, Evelyn Mesquida, le Cherche Midi, 2011.)


Dans la Nueve, mais aussi dans la Résistance

Des Républicains espagnols ont été sur tous les fronts. Très tôt engagés dans les rangs des Forces françaises libres ou des maquis, leurs faits d’armes sont légendaires. Hommes ou femmes, leur participation au sein de « l’armée de l’ombre » sera, elle aussi, unanimement reconnue. Des maquis se constituent, composés intégralement ou à forte majorité d’Espagnols, un peu partout en France occupée et non occupée :

  • La 3e brigade de guérilleros espagnols libère Foix.
  • Au plateau des Glières, ils seront en résistance dès la fin de 1942, et ils représentent plus de la moitié des maquisards montés au plateau en janvier 1944.
  • Le commandant Raymond, qui n’est autre que Ramón Vila Capdevila, avec son bataillon « Libertad » libère Limoges.
  • Des réseaux clandestins sont organisés dès novembre 1939. Francisco Ponzán se met à la disposition des services secrets britanniques. Ce sera le début d’un des réseaux des plus efficaces de passeurs, lié au réseau anglais Pat-O’Leary.
    Les premiers à être déportés dans les camps de la mort, à Mauthausen, dès le 6 août 1940, sont des Espagnols. Dans l’ignominie de la déportation, ils songent à s’organiser, afin de collecter les preuves, pour témoigner de leurs conditions de détention et résister à leur mort programmée. Ce sont eux qui accueilleront, en 1942, les premiers résistants français, déportés au camp de Mauthausen.