Faire connaître et cultiver la mémoire historique de la Libération de Paris en 1944, commencée le 19 juillet 1936 en Espagne, continuée sur différents fronts en Europe et en Afrique ou dans les maquis en France et qui se prolongea dans le combat contre le franquisme.


 
 
Accueil > Chronologie 1833-1975 > Avant la république > Francisco Ferrer i Guardia
.

Ferrer i Guardia, Francisco (1858-1909). Instituteur et pédagogue anarchiste. En 1890, il s’affilie au Grand Orient de France et milite activement au sein de la Libre pensée. Il se lie d’amitié avec Charles Malato, Jean Grave et Sébastien Faure (intellectuels anarchistes français). « C’était un homme doux, tranquille et simple » écrit à juste titre Jean Grave. Pacifiste et tolérant, il est partisan d’une évolution progressive de la société par le développement de l’éducation. Il réprouve la violence aveugle et ne peut donc admettre la « propagande par le fait ». Grâce à Mademoiselle Meunier, une de ses anciennes élèves qui lui a légué sa fortune avant de décéder, il fonde, à Barcelone, en 1901, une école d’inspiration libertaire, la Escuela moderna, où se pratique un enseignement laïque et mixte. En peu de temps, Francisco Ferrer multiplie les contacts dans les milieux intellectuels et au sein du mouvement ouvrier, déjouant l’attention des autorités civiles et religieuses et surmontant tous les obstacles administratifs pour rassembler une équipe de collaborateurs dévoués. Il est secondé admirablement par sa compagne Soledad Villafranca.

« L’École moderne » — tel est son nom — ouvre ses portes le 8 octobre 1901, à Barcelone. Elle accueille trente élèves : douze filles et dix-huit garçons. Il y en a soixante-dix au mois de décembre, quatre-vingt-six le mois suivant. Cette progression inattendue des effectifs pose quelques problèmes mais assure la réussite de l’entreprise. L’enseignement y est mixte. « Dans cette école, il ne faudra glorifier ni Dieu, ni patrie, ni rien ». Ferrer prône une éducation rationnelle, voire rationaliste, et on lui a quelquefois reproché de faire une part trop grande à la science : « Notre enseignement n’accepte ni les dogmes, ni les usages... Nous ne répandons que des solutions qui ont été démontrées par des faits, des théories ratifiées par la raison, et les vérités confirmées par des preuves certaines. L’objet de notre enseignement est que le cerveau de l’individu doit être l’instrument de sa volonté. Nous voulons que les vérités de la science brillent de leur propre éclat et illuminent chaque intelligence, de sorte que, mises en pratique, elles puissent donner le bonheur à l’humanité, sans exclusion pour personne par privilèges odieux. » Le 31 mai 1906, Mateo Morral, ancien bibliothécaire de l’École moderne, par une tentative d’assassinat contre la personne du roi Alfonso XIII, provoque la fermeture de cette entreprise rationaliste.

Francisco Ferrer est arrêté le 1er septembre 1909, après la Semaine tragique de Barcelone, alors que rien ne prouve sa participation à ce mouvement de contestation contre la guerre coloniale au Maroc. Les autorités profitent ainsi de l’occasion pour se débarrasser de ce penseur visionnaire. Il a toujours fait l’objet d’une surveillance constante de la part de la police, qui sait donc fort bien qu’on ne peut rien lui reprocher. Mais il est le bouc émissaire idéal : son passé, ses relations, ses voyages à l’étranger, son arrivée juste avant l’insurrection permettent d’étayer la thèse du complot. Accusé d’être l’instigateur de la Semaine tragique, dénoncé comme tel par l’évêque de Barcelone et par la presse de droite, Francisco Ferrer est mis au secret et longuement interrogé. Pendant ce temps-là, ses amis déclenchent une campagne internationale en sa faveur.

Malgré l’absence de preuves, Francisco Ferrer est jugé coupable d’incitation à la révolte. Condamné à mort le 12 octobre 1909, il sera fusillé le lendemain matin, dans les fossés du fort de Montjuic. Face à ses bourreaux, il s’écrie : « Je suis innocent ! Vive l’École moderne ! » La nouvelle de son exécution provoque une explosion de colère dans le monde entier ; des manifestations rassemblant plusieurs centaines de milliers de personnes, ont lieu dans toutes les grandes villes d’Europe et jusqu’en Argentine. Des écoles libertaires seront créées pour poursuivre l’œuvre éducatrice de ce pionnier, et une centaine de rues en France porteront désormais le nom de Francisco Ferrer. Surpris par l’ampleur de la réprobation, le gouvernement espagnol démissionne une semaine plus tard. Le 13 octobre 1959 au cours d’un hommage Albert Camus déclare : «  Francisco Ferrer pensait que nul n’était méchant volontairement et que tout le mal qui est dans le Monde vient de l’ignorance. C’est pourquoi les ignorants l’ont assassiné. »