Faire connaître et cultiver la mémoire historique de la Libération de Paris en 1944, commencée le 19 juillet 1936 en Espagne, continuée sur différents fronts en Europe et en Afrique ou dans les maquis en France et qui se prolongea dans le combat contre le franquisme.


 
 
Accueil > L’association > 76 ans plus tard, l’histoire se répète

Déclaration de l’association 24-août-1944, formulée par Daniel Pinos.

.

La photo du petit Aylan gisant sur une plage turque a choqué le monde. Elle a montré la réalité de milliers de Syriens, d’Afghans, d’Erythréens ou de Nigérians qui tentent, depuis des années, d’échapper à l’obscurantisme, à la guerre et à la dictature.

La Syrie est le principal pays d’origine des réfugiés. Le Liban, le Pakistan, la Jordanie, l’Ouganda et la Turquie accueillent déjà des centaines de milliers de réfugiés, dans certains cas depuis des décennies. En 2014, en France seulement 14 500 personnes ont obtenu l’asile. Un chiffre beaucoup plus faible par rapport à l’Allemagne (202 645) et la Suède (81 180).
Au Moyen-Orient, après quatre ans de guerre civile, plus de la moitié de la population syrienne a dû quitter son foyer : trois millions et demi de réfugiés et six millions et demi de personnes sont déplacées à l’intérieur des frontières du pays.

Nous assistons au déplacement de population le plus important depuis la seconde Guerre mondiale. Les réfugiés ont besoin d’un soutien de la part de l’Europe et du reste du monde mais, au lieu de cela, ils vivent dans des conditions désastreuses et s’enfonce dans la pauvreté.

Une Europe qui provoque la misère d’abord et qui ensuite nie ses responsabilités éthiques, politiques, économiques et sociales. La tragédie de Lampedusa, où environ 400 personnes se sont noyées, a mise en évidence la nécessité urgente d’une réforme de la politique migratoire, alors que les États membres de l’Union européenne ont mis en commun tous leurs efforts pour renforcer leurs clôtures et leurs barbelés, au lieu de centrer leurs efforts sur l’urgence et sur la protection des réfugiés.

Si les propositions de tri entre réfugiés chrétiens et réfugiés musulmans révèlent l’enracinement de l’islamophobie, celle entre émigrés économiques et réfugiés politiques révèlent une campagne consensuelle visant à masquer les causes des crises qui secouent notre monde.

Depuis la publication, le 2 septembre, par la presse turque et britannique de la photo d’Aylan, une vaste campagne médiatique présente une autre image de l’Union Européenne en général et de la France en particulier. Nous nous serions donc trompés ou un changement radical d’attitude et de politique serait survenu. A moins que nous ne soyons une nouvelle fois devant l’instrumentalisation politique d’un drame humain pour justifier une nouvelle intervention militaire.

Journalistes comme leaders politiques étaient au courant. Les classes dominantes d’Europe et des États-Unis espéraient simplement une nouvelle fois cantonner les réfugiés dans les pays voisins. C’est d’ailleurs ce qu’ils font classiquement pour tous les autres conflits qu’ils suscitent pour le contrôle du gaz, du pétrole et des minerais stratégiques, au profit des sociétés pétrolières et des marchands d’armes.

En France et en Espagne, on sait ce que signifie le mot exil, comme en témoigne l’odyssée de milliers de républicains qui s’exilèrent après la Guerre civile pour fuir le fascisme et la terreur imposée durant 36 longues années par Franco. En Espagne, à partir de 1939, des dizaines de milliers d’antifascistes furent assassinés et emprisonnés dans des prisons, des bagnes et des camps où ils furent maintenus en esclavage.

La politique de non intervention des gouvernements français et britanniques permit la victoire de Franco et la France refusa, dans un premier temps, lors de la Retirada, d’ouvrir la frontière aux réfugiés espagnols. Quelques 465 000 personnes ont traversé la frontière avec la France pour se retrouver dans un pays vivant une grave crise économique depuis 1930. Des milliers d’hommes et de femmes sont morts sur les plages françaises, d’autres ont été renvoyés en Espagne par convois entiers qui les livraient à leurs persécuteurs. Le gouvernement français organisa, en collaboration avec les autorités franquistes, ce rapatriement vers l’Espagne d’une partie de ces réfugiés. En France, plusieurs centaines de milliers de républicains furent « accueillis » dans des camps qu’ils durent eux-mêmes construire. Les familles étaient séparées et les camps étaient entourés de barbelés et surveillés par des gardes mobiles. Les français qui voulaient les aider étaient contraints de jeter nourritures et habits au-dessus des barbelés.

Par rapport au drame actuel vécu par des milliers de réfugiés en Méditerranée, certains médias ont osé citer l’exemple des républicains espagnols fuyant le fascisme de Franco. Il n’est pas inutile de rappeler les conditions de cet accueil. Voici ce qu’en dit l’historien Marc Ferro :
« Dès 1937, des réfugiés basques affluent, des instructions sont là, qui très vite, oublient les soucis humanitaires des premières semaines. On les fait retourner en Espagne par les Pyrénées orientales. (…). Dès l’automne 1937, Marx Dormoy, ministre de l’intérieur d’un gouvernement Front populaire, demande à la police d’établir un « barrage infranchissable » … Surtout, on montre le peu d’empressement des populations d’accueil à aider les réfugiés, souvent choquées par la passion politique de leurs hôtes ».

76 ans plus tard, l’histoire se répète. Comme par le passé, il s’agit clairement aujourd’hui de cantonner la misère du monde produite par les politiques économiques des grandes puissances d’une part et par les guerres pour le contrôle des matières premières d’autre part, à la périphérie des pays riches. Nous sommes en présence d’une des multiples déclinaisons de l’ultralibéralisme : privatiser les gains et socialiser les pertes et les coûts.

Aujourd’hui, des milliers de personnes tentent de traverser la Méditerranée sur des bateaux surchargés pour fuir un régime qui les opprime et les oblige à risquer leurs vies et celles de leurs familles. Cependant, en touchant la terre ferme, s’ils y parviennent, ils sont confrontés à une réalité encore plus dure : le rejet des gouvernements, qui les considère comme un « fléau ».

Nous devons lutter pour éradiquer les préjugés xénophobes et racistes, et promouvoir les valeurs de l’hospitalité, de la solidarité et le respect des droits de l’homme.

Portfolio
Barbelés