Faire connaître et cultiver la mémoire historique de la Libération de Paris en 1944, commencée le 19 juillet 1936 en Espagne, continuée sur différents fronts en Europe et en Afrique ou dans les maquis en France et qui se prolongea dans le combat contre le franquisme.


 
 
Accueil > Documents et pédagogie > Souvenir & Commémorations > Hommages > 24 août 2012. Libération de Paris : des (...)
.

Alors que le vendredi 25 août 2012, le président François Hollande présidait le 68e anniversaire de la Libération de Paris sur le parvis de l’Hôtel de Ville, des militants libertaires ont souhaité rappeler que les premiers libérateurs de la capitale, une compagnie de 160 hommes dont 146 républicains espagnols du régiment de marche du Tchad (2e DB), la Nueve, étaient en grande partie des militants de la CNT, la Confédération nationale du travail, l’organisation anarcho-syndicaliste majoritaire en Espagne avant le début de la guerre civile.

Afin d’affirmer le rôle joué par ces libertaires dans la libération de Paris, des militants de la Fédération Anarchiste, d’Alternative libertaire, de la CNT et des militants libertaires avaient déployé des drapeaux noirs et noirs et rouges, drapeaux du mouvement anarchiste et de la CNT, à proximité de la dernière plaque commémorative indiquant le parcours suivi par les libérateurs de Paris.
Un lieu où une concentration de drapeaux républicains espagnols avait, pour la première fois été autorisée par la Mairie de Paris. Un rassemblement qui a fini au commissariat, après interpellation des militants libertaires.

Une foule dense se pressait devant la plaque commémorative.
Le petit groupe arborant des drapeaux noirs et drapeaux rouge et noir tenta de s’approcher. La riposte énergique de la police, dirigée à l’époque par Manuel Valls, s’organisa très vite, les oreillettes grésillèrent et l’ordre républicain fut restauré pour permettre à François Hollande de prononcer son discours.

La poignée de troublions fut cernée et emmenée à distance de l’évènement sous forte escorte bleue.Un commissaire de Police, donna alors une leçon d’histoire sur les couleurs du drapeau de la République espagnole : « il n’était pas noir, il n’était pas rouge et noir  », et pour que les trouble-fêtes comprennent qu’ils participaient à un rassemblement interdit, ils furent embarqués, direction le car des interpellations pour 4 heures de rétention et de fichage dans les commissariats des 8e et 9e arrondissements de Paris.

Cet événement fut à l’origine de la création de l’association 24 août 1944 par une partie des libertaires présents devant l’Hôtel de ville de Paris ce jour-là.