Faire connaître et cultiver la mémoire historique de la Libération de Paris en 1944, commencée le 19 juillet 1936 en Espagne, continuée sur différents fronts en Europe et en Afrique ou dans les maquis en France et qui se prolongea dans le combat contre le franquisme.


 
 
Accueil > Chronologie 1833-1975 > 1833 - L’Espagne sous la monarchie

Le contexte qui précéda la république, c’est-à-dire de la monarchie d’Alphonse XIII à la proclamation démocratique de cette république. Un régime monarchique essoufflé, appuyé par l’Église et l’armée. La pression populaire secoue le joug féodal du régime d’Alphonse XIII.

.

Première république

L’Espagne est un pays aux coups d’état militaires fréquents, (pronunciamiento) ; Ainsi par saccade une première et éphémère république, d’une année, sera instituée.

1833 : À la mort de Ferdinand VII, Marie-Christine de Bourbon-Siciles assume la régence au nom de sa fille, la future reine Isabelle II alors âgée de 3 ans. Le trône est contesté par Charles Marie Isidore de Bourbon, frère de Ferdinand VII, qui s’autoproclame roi sous le nom de Charles V. Ce conflit est à l’origine de la 1ère guerre carliste. En 1845, éclate la 2ème guerre carliste suite à l’abdication du prétendant Charles V au profit de son fils Charles VI, qui, lui-même abdique en 1868 en faveur de son fils Charles-Marie sous le nom de Charles VII, déclenchant la 3ème guerre carliste.

28 septembre 1864 : Constitution de l’AIT (Asociación internacional de Trabajadores).

1868 : Révolution espagnole, fin du règne d’Isabelle II et de son mari, le roi consort François Ier d’Espagne (François d’Assise de Bourbon). Après un certain flottement, Amédée de Savoie est élu Roi des espagnols le 16 novembre 1870.

10 février 1873 : Abdication d’Amédée de Savoie.

11 février 1873 : Proclamation de la Première République.

28 décembre 1874 : Coup d’État monarchiste, mise en place du gouvernement provisoire de Francisco Serrano.
Retour de la monarchie constitutionnelle. Début du règne d’Alfonso XII.

Une situation coloniale insoutenable pour le peuple.

L’Espagne a un passé colonial qu’elle veut préservé notamment au Maroc, où elle entretient des garnisons et où régulièrement elle envoie les troupes pour maintenir les populations qui se révoltent. Cela créé des troubles en interne, le peuple espagnol refusant de partir en guerre.

Mai-juin-juillet 1898 : Guerre éclair avec les États-Unis, entraînant la perte des colonies de Cuba, de Porto-Rico et des Philippines à la signature du traité de paix dit paix de Paris, en décembre 1898.

1er janvier 1902 : Alfonso XIII, déclaré majeur, assume les fonctions constitutionnelles de chef de l’État.

1906 : Avec la France, l’Espagne entame une nouvelle aventure coloniale au Maroc, très impopulaire notamment en Catalogne où il y aura des émeutes en 1909.

Une situation sociale et économique explosive pour toutes les classes de la société.

Du 26 juillet au 31 juillet 1909 : À Barcelone, une insurrection populaire a lieu contre la conscription et l’envoi des hommes (en âge de subvenir aux besoins de leur famille) combattre au Maroc les troupes rebelles marocaines du Rif. Les émeutes prennent rapidement une tournure anticléricale, compte tenu de la puissance et du poids de l’Église. Cet événement prend le nom de « Semaine tragique ».

Octobre 1909 : La répression va durer plusieurs mois et entraîner l’arrestation de Francisco Ferrer i Guardia, pédagogue, franc-maçon, anarchiste et libre penseur. 10 janvier 1859 -13 octobre 1909, créateur de l’École moderne et rationaliste, mixte et laïque, en octobre 1901, à Barcelone. Son obsession en tant qu’éducateur :
“ L’objet de notre enseignement est que le cerveau de l’individu doit être l’instrument de sa volonté.”
Il est arrêté à Barcelone et accusé d’être un des instigateurs des mutineries anticléricales. Jugé dangereux pour la paix sociale de par les idées qu’il défend, alors qu’il n’était pas présent à Barcelone lors de la semaine tragique, il est jugé coupable d’incitation à la révolte.

13 octobre 1909 : Condamné à mort, il est exécuté dans les fossés du fort de Montjuic malgré des protestations internationales dont la manifestation de Paris qui rassemble plus de 60 000 personnes.
Albert Camus dira : “Francisco Ferrer pensait que nul n’était méchant volontairement et que tout le mal qui est dans le Monde vient de l’ignorance. C’est pourquoi les ignorants l’ont assassiné.”

Réaction des courants progressistes contre le féodalisme monarchique

Fin du XIX se développent avec l’industrialisation, des courants de pensées ouvrières : un socialisme plutôt marxiste à Madrid, dans les Asturies, tandis que l’anarchisme trouve de l’écho dans les masses ouvrières de Catalogne, du Valencien et les paysans pauvres ou sans terre de l’Andalousie. C’est un courant de pensée dominant chez les ouvriers, les paysans pauvres, les journaliers agricoles. D’emblée et à cause de l’implication et du poids colossal dans l’oppression de l’église espagnole aux côtés de la monarchie et de son armée, les mouvements de gauche vont être anticléricaux, considérant qu’ils ont à faire à des ennemis de classes.

L’essor économique appelle un régime plus adapté au libre échange et le peuple aspire à plus de justice sociale.

C’est un pays d’environ 24 millions d’habitants, dont plus de la moitié est illettrée.
L’Espagne qui n’entre pas dans la première guerre mondiale, fait un bon économique important durant les années 20. L’Europe se remet d’une guerre longue et dévastatrice tandis que l’Espagne opère une mutation sans précédent. Le courant novateur provoque, un essor important. Les banques prospèrent et les effectifs des professions libérales, des petits commerçants et employés de commerce se démultiplient. L’industrie augmente d’un million d’ouvriers ainsi que le secteur tertiaire dans la même proportion : 45% de la population active est syndiquée.
Les grandes villes se développent industriellement et doublent leur population. Toutefois, 70% des Espagnols vivent encore directement ou indirectement de la terre : Avec trois millions de paysans pauvres, deux millions de paysans sans terre, les propriétés agricoles se concentrent entre les mains de quelques richissimes possédants.
Les couches moyennes de la population, les bourgeois industriels, désireux de donner une expansion à leurs revenus en impulsant leur production se mobilisent pour s’engager vers l’industrialisation et le développement moderne de la société. La féodalité du régime monarchique d’Alfonso XIII étouffe les élans de cette bourgeoisie industrieuse. La répression permanente ne favorise pas l’expansion.
Les régions qui vont se développer le plus rapidement économiquement et industriellement sont la Catalogne, avec comme grand pôle Barcelone, et le Pays Basque avec l’industrie lourde à Bilbao. Elles laisseront venir massivement des migrants des autres régions, paysans sans travail, et sans terre. Situées au plus près de la frontière, elles sont destinées naturellement au commerce avec l’étranger. C’est dans ces deux régions que vont se développer les usines et la mécanisation du travail. D’où une concentration d’ouvriers et une montée de l’esprit de revendications d’autonomie. Très vite (fin du XIX siècle) ces deux régions vont réclamer une autonomie et une liberté de développement qui va se heurter à la féodalité du régime monarchique d’Alphonse XIII.
En Catalogne, d’abord impulsé par la bourgeoisie de droite, le mouvement indépendantiste va laisser place à un mouvement plus populaire dès 1917 qui se range aux côtés de partis de gauche à partir de l930.
Au Pays Basque, la population est très catholique et le parti nationaliste (PNV) bien qu’également catholique restera aux côtés des progressistes, puis des républicains en 1936, tout comme le clergé basque.

Du côté de la monarchie en place

1921-1926 : Début du conflit colonial marocain contre le chef Abd-el-Krim. L’Espagne s’engage dans la guerre du Rif avec la France. Le Maroc devient dès lors le bastion de l’armée espagnole.

8 juin 1923 : Le général Franco est nommé commandant en chef au Maroc.

13 septembre 1923 : Coup d’État (pronunciamento) manqué du général Miguel Primo de Rivera. Deux jours plus tard, Alphonse XIII le nomme président du directoire militaire chargé du gouvernement.

De 1923 à 1929 : Le pays est soumis, à une dictature impitoyable menée par Miguel Primo de Rivera, pour le maintien d’Alphonse XIII. Les deux premières années c’est un directoire militaire.
Du 14 septembre1923 au 16 mars 1925 : L’état de guerre est déclaré, la constitution est suspendue, la liberté d’expression muselée.

1924 : Après avoir déclarée illégale la CNT, tous les partis politiques sont dissous au profit d’un parti unique inspiré du modèle italien, l’Union patriotique. Les Cortés sont également dissous.

3 décembre 1925 : Sans rétablir la constitution, le directoire militaire est remplacé par un directoire civil qui va perdurer jusqu’au départ de Miguel Primo de Rivera le 28 janvier 1930.

25-26 juillet 1927 : Création de la FAI (Fédération anarchiste ibérique)

La réaction s’organise.

17 Août 1930 : réunion à San Sebastián : « Pacto de San Sebastián » prévoyant un soulèvement général, afin d’instaurer une république modérée et qui reconnaîtrait l’autonomie de la Catalogne. Tous les partis républicains à l’exception du Parti Fédéral Espagnol s’y trouvent. Sont notamment présents des catholiques républicains modérés ( Droite Libérale Républicaine : Alcalà Zamora et Miguel Maura, futurs président et ministre), des républicains de droite (Parti Républicain Radical : Alejandro Lerroux, futur premier ministre), de gauche (Groupe d’Action Républicaine : Manuel Azaña, futur premier ministre et président, de la Fédération Républicaine Galicienne : Casares Quiroga, futur ministre), des socialistes (Indalecio Prieto, leader très modéré des socialistes), des catalanistes (Macià Mallol Bosch de l’Action Républicaine de Catalogne, Manuel Carrasco Formiguera de l’Action Catalane, et Jaume Aiguader pour l’Etat Catalan, futur maire de Barcelone, puis ministre), du Parti Radical-Socialiste (Marcelino Domingo, Álvaro de Albornoz, et Ángel Galarza, futurs ministres),… et deux observateurs de la confédération Nationale du Travail(CNT, syndicat anarchiste), Progresso Alfarache et Rafael Vidiella. En échange de son appui, la Confédération exigeait, outre la libération des milliers de militants emprisonnés, la distribution d’armes aux travailleurs, ce que refusèrent obstinément les républicains. Mais

Octobre 1930 : Le parti socialiste et la CNT apportent officiellement leur soutien au Pacte de San Sebastiàn. la CNT ne se rallia vraiment au pacte de San Sebastián qu’après l’échec du soulèvement révolutionnaire qu’elle avait tenté avec la FAI à Madrid et Barcelone en octobre.

12 Décembre 1930 : Un soulèvement militaire contre la monarchie a lieu à Jaca (Aragon), sous la direction des capitaines Fermín Galán et García Hernández en vue de rétablir la république.

14 Décembre 1930 : Le Soulèvement contre la monarchie échoue. Les deux officiers responsables sont condamnés à mort : les capitaine Fermín Galán et García Hernández. Erreur tragique du roi, Alphonse XIII.

Depuis le XIX siècle, l’Espagne est gouvernée par une monarchie absolue qui n’apporte aucune considération aux problèmes sociaux de la population. Le premier ministre Miguel Primo de Rivera, qui s’empare du pouvoir en 1923, durcit l’autoritarisme du régime en formant un directoire militaire qui supprime les libertés démocratiques, multiplie les arrestations et les liquidations des militants ouvriers les plus radicaux. Le mouvement anarchiste et la CNT sont très affaiblis par la répression subie depuis plusieurs années et qui ne se relâche pas. Tandis que le régime se rapproche du PSOE et de l’UGT, dont les dirigeants acceptent cette collaboration afin d’assurer leur existence en tant qu’organisations ouvrières. Ils accèdent ainsi à un rôle prépondérant et participent à l’élaboration d’une législation du travail. Ce rapprochement entre socialistes et pouvoir ne dure pas et en 1929, les socialistes refusent l’invitation à élire des représentants à l’Assemblée nationales et s’écartent à leur tour de Primo de Rivera. Car le mécontentement de la population ne cesse de grandir et ils veulent participer au mouvement populaire qui se dessine et qui trouve son expression à nouveau à travers le courant libertaire relancé et celui des écrivains et intellectuels connu comme « la Génération 98 ».
Les mouvements de protestation vont obtenir leur première satisfaction par la démission de Miguel Primo de Rivera, premier ministre, en 1930. Mais cette démission n’est pas jugée suffisante pour aucune des formations politiques progressistes, qui se sont réunies au mois d’août à San Sebastián. La pression populaire va s’accentuer jusqu’à provoquer des élections municipales et le départ du roi Alfonso XIII qui s’exile.

14 avril 1931 : La seconde république espagnole est proclamée.